www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Morbihan

Vous êtes actuellement : Actualité 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
12 novembre 2020

Groupe de travail sur la direction d’école du jeudi 12 novembre 2020

Compte-rendu

Ce jeudi a eu lieu un groupe de travail départemental sur la direction d’école.

Ce groupe de travail était constitué de représentants désignés par les organisations syndicales et des membres de l’administration. Il était présidé par le DASEN.

Le SNUipp-FSU était représenté par cinq collègues directeurs représentatifs des différents types d’école : une directrice d’une école primaire à 3 classes, un directeur élémentaire à 9 classes, deux directrices en école primaire à 5 et 9 classes et une directrice en maternelle à 4 classes.

Le SNUipp avait demandé que soient abordés les points suivants :

• Point sur les décharges de direction

• Communication et disponibilité de la DSDEN et des IEN du Morbihan en situation de crise en hors situation de crise

• Surcharge des tâches des directeurs, accrue et exacerbée par la gestion de crise

• Fonctionnalisation et harmonisation des outils numériques

• Formation des directeurs

• Gestion des élèves à besoins éducatifs particuliers

En introduction, nous avons rappelé que la première revendication des directeurs et des directrices était d’avoir plus de temps de décharge. C’est l’augmentation du temps de décharge qui permettra de résoudre les difficultés de la direction d’école et la surcharge de travail.

Le DASEN a entendu, mais a rappelé que cela était du ressort du ministre. Les décharges supplémentaires, promises par le ministre, ne seront quant à elles pas mises en place dans le département, faute de remplaçants en nombre suffisant. Nous avons redit au DASEN que cette situation était inadmissible et qu’elle mettait les équipes des écoles dans un état de tension extrême. Sur ce sujet également, aucune réponse.

Nous sommes revenus sur les conditions difficiles de la rentrée du 2 novembre, et avons pointé le manque de communication de la DSDEN et l’absence des IEN les jours précédant la rentrée, alors que les équipes étaient à l’œuvre pour que la rentrée se passe au mieux dans chaque école. Le DASEN est resté très évasif dans sa réponse.

A propos des outils numériques (ONDE, le BND, Toutatice…), il a reconnu qu’une meilleure articulation était nécessaire et que des améliorations pouvaient être apportées : un groupe de travail restreint va se réunir très prochainement avec des directeurs et directrices et les personnels en charge du numérique à la DSDEN.

Nous avons interrogé le DASEN sur l’inventaire des risques demandé aux écoles. Il s’agit de faire un diagnostic partagé sur le risque attentat-intrusion dans chaque école, en lien avec la mairie et les forces de police ou de gendarmerie. C’est un document différent du PPMS et qui se rajoute à celui-ci. Si l’actualité peut nécessiter des précautions particulières, c’est une nouvelle tâche qui est imposée aux écoles.

Sur les contenus des 12 heures de formation des directeurs et directrices, l’IA adjointe nous a donné les 3 grands axes académiques :

Le numérique éducatif/ Les risques psycho-sociaux/ Le pilotage pédagogique ; les 6 heures restantes pouvant être utilisées sous forme de rencontres entre pairs, ou pour suivre les autres parcours proposés.

Concernant nos remarques sur la gestion de plus en plus compliquée des élèves à besoins éducatifs particuliers par les équipes, et pour le directeur ou la directrice, qui se retrouve être l’interface avec les familles, l’IA adjointe nous a rappelé le rôle des pôles ressources de circonscription, et nous a annoncé la mise en place très prochaine de trois équipes mobiles de ressources qui viendraient en aide aux équipes. Nous verrons si ce dispositif répond réellement aux demandes.

A l’issue de ce premier groupe de travail sur la direction d’école, nous avons dénoncé l’absence de réponses concrètes pour améliorer les conditions de travail des directeurs et directrices. La solution passe par plus de postes pour permettre l’augmentation des décharges. La première solution serait que des listes complémentaires du concours soient recrutées et que le département reçoive un nombre de postes suffisant à la prochaine carte scolaire.

 

15 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 56 - 2, rue G.Dubail 56100 LORIENT TEL 02/97/21/03/41 - e.mail snu56@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Morbihan, tous droits réservés.