www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Morbihan

Vous êtes actuellement : CAPD, CT : les représentants des personnels vous informent. 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
15 juin 2019

Compte rendu de la CAPD mouvement du 13 juin 2019


- Statistiques.

- Analyse.

Dans sa déclaration préalable, le SNUipp-FSU a rappelé le rôle joué par les élus du personnel, mais aussi par la mobilisation des collègues, pour faire évoluer les règles du mouvement, notamment sur le nombre de zones larges (3 prévues initialement) et la place donnée à l’ancienneté générale de service. Même si ces évolutions restent insuffisantes, imaginons ce qui se serait passé si, comme le prévoit la loi de "Transformation de la Fonction publique", la hiérarchie avait affecté les personnels sans la présence des élus du personnel.

- 726 collègues ont participé au mouvement, contre 747 en 2018.

- 517 ont obtenu lors mutation contre 301 en 2018. Il faut y voir l’effet des nouvelles règles du mouvement et de l’introduction des postes de titulaires de secteur. La DASEN s’est réjouie de cette augmentation. Mais interrogeons-nous sur la "qualité" des affectations plutôt que sur la quantité. Les collègues ont été contraints d’élargir au maximum leurs voeux pour échapper à la nomination d’office. Et certains se retrouvent affectés à titre définitif sur des postes qu’ils ne souhaitaient pas vraiment et obtenus par défaut. Avec les règles antérieures, ils auraient peut-être eu ces même postes à la phase d’ajustement mais à titre provisoire.

- 7 enseignants ont bénéficié de la bonification "rapprochements de conjoints" pour voeux de proximité avec un département limitrophe.

- 6 collègues ont été affectés sur un voeu large et 20 ont été affectés d’office hors voeux, notamment sur des directions d’écoles, des postes de BD Pontivy et quelques postes ASH. Les affectations ont été faites de façon aléatoire par le logiciel, avec des incohérences puisque des collègues, dont les voeux portaient sur l’ASH, ont été affectés sur des directions et inversement des collègues qui excluaient l’ASH de leurs voeux se retrouvent sur des postes spécialisés.

Nous avons demandé et obtenu que la DASEN examinent les demandes de révision de nomination qui seront faites par les collègues. Ces demandes sont à faire par mail à la DIPER au plus tard lundi matin 17 juin. Les demandes de temps partiels hebdomadaires ont été accordées, sauf le 80% hors pour raisons médicales. La question des temps partiels annualisés sera examinée le 24 juin.

Il reste une centaine de collègues à affecter. La phase d’ajustement aura lieu lundi 24 juin sur quelques postes restés vacants, notamment spécialisés, et des postes qui se sont découverts après la saisie des voeux ( détachement....).

Des appels à candidatures ont été publiés sur i.prof. Les demandes sont à transmettre au plus tard lundi 17 juin à 12h.

La semaine prochaine, nous pourrons indiquer leur rang aux collègues sans poste. Contactez-nous par mail ou téléphone.

N’hésitez pas à transmettre aux élus du personnel SNUipp-FSU, les doubles de vos courriers et demandes pour que nous puissions suivre votre dossier.

Postes bilingues

Pour faire face à la pénurie d’enseignants bilingues, la DASEN a décidé de compléter les postes des collègues bilingues à temps partiels par des enseignants monolingues. Même chose pour les postes occupés par les PES bilingues en 2019-2020, ils seront complétés à 50% par un collègue monolingue. Cela signifiera que des élèves débutants ne s’exprimeront en breton que deux jours par semaine. Cela a déjà été mis en place, ces dernières années, sur des 1/2 postes en maternelle entraînant des difficultés à construire sereinement de nouvelles filières.

Et l’efficacité pédagogique dans l’apprentissage de la langue ? Cela ne semble pas préoccuper la DASEN. Le SNUipp-FSU interviendra sur cette question au prochain Conseil Académique des langues Régionales.

Hold Up sur les postes

La DASEN a décidé de fermer un nouveau poste de RASED E, à Lanester, en plus des deux postes fermés en carte scolaire. Comme pour les deux cas précédents, cette fermeture s’effectue dans une zone de fortes difficultés scolaires, classée en politique de la ville. Ses justifications : elle considère que les postes E ne sont pas nécessaires et elle veut récupérer des postes pour la mise en place des Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés (PIAL). Quant à la remédiation de la difficulté scolaire, cela ne semble pas la préoccuper. Les collègues maîtres E apprécieront le peu de considération de leur hiérarchie à l’égard de leur travail !!

Les PIAL, c’est la nouvelle injonction du ministre. Présenté comme la solution miracle qui va révolutionner le quotidien des personnels et des élèves en situation de handicap, le PIAL est d’abord un outil de gestion pour endiguer l’augmentation du nombre d’AESH en rationalisant la gestion de ces agents au sein des circonscriptions, avec des conséquences négatives pour les AESH et les écoles.

Dans le département, des IEN essaient de convaincre des directeurs pour qu’ils acceptent de coordonner localement un PIAL, moyennant un temps de décharge supplémentaire. Ils restent très flous sur les missions dévolues au coordonnateur, missions qui vont très rapidement dépasser le temps de décharge accordée .

Tout savoir sur les PIAL

Comme les postes E ne vont pas suffire pour couvrir les décharges des PIAL, la DASEN envisage d’utiliser les 2,5 postes préemptés au département par l’ancienne rectrice pour les "réseaux d’école du socle". Exit les "réseaux d’écoles du socle" mais les postes qui devraient être réinjectés dans la carte scolaire de septembre pour ouvrir des classes, pourraient ainsi servir à répondre à la nouvelle commande ministérielle. Le SNUipp-FSU se mobilisera à la carte scolaire de septembre pour que les postes soient rendus à leurs propriétaires, c’est à dire les écoles.

 

6 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 56 - 2, rue G.Dubail 56100 LORIENT TEL 02/97/21/03/41 - e.mail snu56@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Morbihan, tous droits réservés.