www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Morbihan

Vous êtes actuellement : CAPD, CT : les représentants des personnels vous informent. 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
1er juillet 2013

Compte rendu du CHSCT et du CDEN rythmes scolaires du 27 juin 2013

Jeudi 27 juin se sont tenus un CHSCT (comité hygiène, sécurité et conditions de travail) et un CDEN consacrés essentiellement à la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2013. Le CHSCT devait traiter de l’impact de la réforme des rythmes sur les conditions de travail des enseignants et le CDEN était consulté sur l’organisation du temps scolaire dans les écoles à la rentrée 2013.

Lors du CHSCT, les représentants de la FSU, s’appuyant notamment sur les réponses et remarques des collègues aux différents questionnaires envoyés par le SNUipp, ont développé le fait que la mise en œuvre de la réforme des rythmes dégraderait les conditions de travail de la plupart des collègues et cela pour plusieurs raisons :

- Dans la plupart des cas, les projets retenus ne sont pas ceux construits par les écoles mais imposés par les mairies. Les collègues sont renvoyés à un rôle d’exécutant contraint d’appliquer un projet qu’ils jugent globalement négatif pour les élèves et pour eux-mêmes. C’est aussi une part de la liberté pédagogique qui leur est enlevée. D’autant plus que rien ne prouve que la réforme améliorera les conditions d’apprentissage des élèves. Cette contradiction risque de générer de la souffrance au travail.

- Les collègues n’ont obtenu aucun soutien ni aide de leur administration quand ils ont voulu s’opposer aux projets des mairies et se sont retrouvés très seuls.

- Le stress sera augmenté du fait de la gestion plus compliquée des locaux, du temps et des déplacements des élèves.

- La réforme aura une incidence négative sur la vie personnelle des collègues : augmentation contrainte du temps de présence sur le lieu de travail, notamment dans le cas de l’allongement de la pause méridienne, garde d’enfants le mercredi, frais et fatigue supplémentaires.

La FSU a demandé qu’un certain nombre d’avis soient soumis au vote du CHSCT concernant la prise en compte des avis des conseils d’école, la pause méridienne, les locaux, le service des titulaires-remplaçants, les animations pédagogiques et la charge de travail des directeurs.٭

La DASEN a refusé que ces avis soient votés arguant que soit ce n’était que des supputations qui ne représentaient pas la réalité de la situation ou soit qu’elle appliquerait strictement les textes, notamment pour les APC ou le service hebdomadaire des TR, et que cela n’était pas du ressort du CHSCT. Nous verrons la réalité de la rentrée.

Le rôle du CHSCT n’est-il pourtant pas de s’interroger sur les conditions de travail des personnels et de travailler à leur amélioration ? Ou l’administration a-t-elle déjà décidé "d’édulcorer" son rôle ? Il semblerait que l’administration souhaite surtout éviter les questions qui fâchent et qui pourraient l’engager. La DASEN a assuré que le CHSCT ferait régulièrement le point sur la mise en œuvre de la réforme. Nous continuerons à être vigilants sur ce dossier et à nous mobiliser pour que le CHSCT joue tout son rôle. Dès la rentrée, en cas de difficultés particulières, faites-le nous savoir.

Lors du CDEN, la DASEN n’a apporté aucun élément de réponse satisfaisant à la problématique de la mise en oeuvre des rythmes posée par la FSU. Et notamment n’a pas répondu aux questions fondamentales "En quoi, cette réforme, telle qu’elle se met en œuvre, va améliorer les conditions d’apprentissage et de réussite des élèves ?" "Quelles garanties sont données aux écoles, concernant la qualité des activités péri-éducatives ?" La seule réponse de l’administration est que les mairies étant les payeurs, ce sont elles qui décident de l’organisation et du contenu des activités péri-éducatives et que le bénévolat des habitants de la commune peut aussi constituer une réponse aux besoins d’encadrement de ces activités, à moindre coût pour les mairies. La DASEN a seulement assuré qu’elle demanderait aux mairies de ne pas utiliser les classes pour les activités péri-éducatives lors de la pause méridienne. L’administration se contente donc d’entériner les propositions des mairies.

Les projets d’organisation du temps scolaire ont été soumis au vote du CDEN ainsi que le règlement départemental dans lequel ils s’inscrivent. Le CDEN a voté contre les projets d’organisation et a majoritairement rejeté le règlement départemental. Ces votes ne sont que consultatifs mais signifient à la DASEN que les représentants des élus, des parents et des enseignants n’acceptent pas l’organisation du temps scolaire proposée.

٭Avis que la FSU souhaitait proposer au vote du CHSCT. " Le CHSCTD recommande que partout où il n’y a pas consensus entre les équipes éducatives et les mairies sur les horaires, la DASEN prenne en compte l’avis du conseil d’école."

"Le CHSCTD demande que la DASEN fasse respecter les prérogatives des enseignants pour l’organisation du temps scolaire et notamment les heures d’APC, conformément à la réglementation."

" Le CHSCTD recommande fortement que la pause méridienne ne soit pas allongée au delà de 2 heures afin d’éviter une amplitude horaire déraisonnable pour les personnels et une augmentation importante de leur temps de présence sur leur lieu de travail."

"Le CHSCTD recommande que les salles de classe ne soient pas utilisées pour les activités péri-éducatives. En effet, il est prévisible que la cohabitation des élèves, des encadrants et des enseignants va poser un problème d’organisation et de conditions de travail pour les enseignants. De plus, cela peut installer une confusion chez les élèves entre le temps scolaire et le temps péri-scolaire, préjudiciable à la construction de repères clairs du cadre de la classe."

"Le CHSCTD demande que le temps de présence devant classe des titulaires-remplaçants ne soit pas allongé au delà des 24 heures hebdomadaires prévues par les textes. Le CHSCTD s’oppose à toute annualisation de leur temps de travail."

"Le CHSCTD demande que les animations pédagogiques ne soient pas imposées sur le temps du mercredi après-midi."

" Le CHSCT demande que le travail supplémentaire pour les directeurs, généré par la réforme des rythmes, soit pris en compte. "

 

7 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 56 - 2, rue G.Dubail 56100 LORIENT TEL 02/97/21/03/41 - e.mail snu56@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Morbihan, tous droits réservés.