www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Morbihan

Vous êtes actuellement : Infos pédagogiques 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
14 mars 2012

Compte rendu de la conférence de Gaël Pasquier du 7 mars 2012

"Enseigner l’égalité des sexes et lutter contre l’homophobie dès l’école maternelle »

Gaël PASQUIER, directeur d’école maternelle en région parisienne et chercheur en sciences de l’éducation est venu présenté, dans le cadre des 1/2 journées d’infos syndicales, ses travaux sur l’enseignement de l’égalité des sexes à l’école.

En invitant Gaël Pasquier, la section départementale du SNUipp tenait à réfléchir et à débattre autour d’un thème peu abordé, les discriminations liées au genre. Si l’on sait depuis longtemps que l’école tend à reproduire les stéréotypes, le but de cet échange était de réfléchir à une pédagogie permettant de lutter pour l’égalité des sexes, contre les violences sexuelles et l’homophobie.

Stéréotypes et normes

Dans la société, les inégalités sociales, politiques et économiques sont patentes. L’exemple des répartitions des taches ménagères dans le couple marque toujours un déséquilibre. Les normes de sexe déterminent les rôles assignés à l’un ou l’autre sexe : pour être un homme, un « vrai », il faut aimer les femmes et aimer les séduire ; symétriquement pour une femme, il faut aimer un homme pour s’épanouir dans la maternité. La domination des hommes sur les femmes liée au sexe est donc intimement imbriquée avec celle liée à l’orientation sexuelle : celles des hétérosexuel(le)s sur les homosexuel(le)s ou celles et ceux qui sont supposés l’être.

Et à l’école ?

Dans nos classes, traite-t-on également les filles et les garçons ou introduit-on des approches distinctes liées au genre ? Depuis septembre 2008, la lutte contre toutes les discriminations et notamment le sexisme et l’homophobie est inscrite dans les programmes. Ainsi, concernant l’égalité des sexes à l’école, « la capacité à respecter les principes de l’égalité des filles et des garçons » n’est plus considérée comme formelle mais comme une exigence d’égalité réelle, une compétence attendue de la part des élèves et qui doit être enseignée.

Curriculum caché

Pourtant, Gaël Pasquier s’appuie sur les recherches menées sur le « curriculum caché » : tout ce qui s’apprend à l’école sans pour autant figurer dans les programmes. Les enseignant-e-s, quel que soit leur sexe, interrogent plus souvent et plus longtemps les garçons, leur proposent des relances plus complexes, leur laissent plus de temps pour réfléchir, tolèrent davantage leur prise de parole spontanée, les encouragent davantage…

Réagir

Informés de ces mécanismes, les enseignant-e-s cherchent des stratégies pour y remédier : interroger une fille et un garçon alternativement, cocher une liste, associer les élèves à cette exigence d’égalité en exposant ces phénomènes. D’autres pistes existent, notamment autour de l’organisation du travail. Dans les travaux en groupe, il faut éviter que les filles soient toujours en position de secrétaires ou d’observatrices alors que les garçons viennent exposer.

Un apparent paradoxe

Une grande partie du travail sur l’égalité des sexes se fait au quotidien et nécessite une vigilance de tous les instants. Les stratégies mises en place par les enseignants les obligent donc à toujours avoir en tête les catégories de fille et de garçons alors même qu’ils essayent de les dépasser. C’est l’un des paradoxes de la promotion de l’égalité des sexes, mais un paradoxe nécessaire pour Gaël Pasquier.

Des attentes syndicales

Les textes officiels demandent depuis longtemps de questionner les stéréotypes de sexe et de mettre en place une égalité réelle dans le cadre de leur enseignement. Ils sont peu connus et mal appliqués. Les enseignants doivent être formés et informés des mécanismes de reproduction des inégalités entre les filles et garçons. C’est dans le cadre d’une formation continue réelle et de qualité que les réponses peuvent être élaborées et apportées.

 

10 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 56 - 2, rue G.Dubail 56100 LORIENT TEL 02/97/21/03/41 - e.mail snu56@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Morbihan, tous droits réservés.